Déja Glorieux

Séance extraordinaire du conseil municipal du 19 juillet 1863.

Suite à un courrier de M.l'Inspecteur des Postes, dans lequel il exprime le désir d'être renseigné par le conseil municipal de Peillac, au sujet d'un projet de création, dans un temps plus ou moins éloigné, d'une distribution de poste (bureau de poste) à Saint Jacut les Pins. par l'intermédiaire de son Maire, Jean Louis Boissel du Prestable, le conseil municipal délibére et répond à M.l'inspecteur des Postes.

 

 

extrait de cette délibération adressé par le conseil municipal à l'inspecteur des postes :

Le conseil municipal de Peillac est étonné que l'administration des postes ait été appelé à jeter les yeux sur la commune de Saint Jacut pour établir le siège d'une distribution de poste. Cette commune est aussi peu importante par sa population qui ne dépasse pas les 1200 âmes que par son commerce qui est complètement nul.
La commune de Peillac, la plus importante et la plus riche du canton est la seule qui convienne à cette nouvelle création. Sa nombreuse population (2000 âmes), presque le double de celle de St Jacut, son commerce de grains qui se fait sur une large échelle par plusieurs négociants de Peillac, ses usines importantes de Guéveneux et du Gué de l'Epine, qui approvisionnent en farine diverses, les communes de St Vincent, St Gravé, St Jacut, Les Fougerêts, St Martin et Malansac, son riche commerce de pommes, de cidre et de marrons qui se fait avec beaucoup de facilité par le canal d'Oust distant de 1200 mètres de notre bourg, doivent parler victorieusement en sa faveur.
Son commerce de marrons surtout se fait en grand, tant avec les produits du pays qu'avec ceux des communes environnantes qui viennent elles-mêmes vendre leurs marrons à une dizaine de négociants de Peillac, qui traitent ensuite directement avec les négociants de Redon et de Nantes. Le conseil se demande, ce que le bourg de St Jacut a pu faire militer en sa faveur, est-ce sa distance de la station (gare) qui est de 2 km500, mais où est sa route pour y aller?. Elle n'en a pas, pas plus dans cette direction que dans une autre. Saint Jacut ne possède pas une seule route carossable dans toute son étendue.
La Commune de Peillac, au contraire est sillonée de routes magnifiques. Une route impériale de Malestroit à Redon la traverse de l'ouest à l'est dans toute son étendue qui est de 9 km, un chemin vicinal de grande communication de La Gacilly à la gare de St Jacut, la traverse du nord au sud.
Ces deux routes partagent la commune en quatre parties à peu prés égales et ont pour point d'intersection le bourg de Peillac, distant de la gare de St Jacut de 4km500, c'est à dire 1 ou 2km plus éloigné de cette gare que le bourg de St Jacut.
Cette distance paraîtra sans doute suffisante à l'administration qui n'a qu'un seul but, c'est de rendre les moyens de correspondance plus prompts et par cela les transactions plus faciles et plus sûres et qui n'a en vue en définitive que l'intérêt du plus grand nombre (2000 habitants à Peillac, 1200 à St Jacut).
Le retard éprouvé jusqu'à ce jour par notre commune et les communes voisines du canal dans la transmission des dépêches a été déja bien des fois préjudiciable à plusieurs de nos commerçants.
La commune de St Jacut ayant donc été assez heureuse pour appeler l'attention de l'administration, grâce probablement à une station, à qui elle a donné son nom, mais pour laquelle elle n'est d'aucun profit, le conseil ne doute nullement que la commune de peillac, si intéressante par sa position, (limitée dans toute son étendue nord et sud par l'Oust et l'Arz), par son commerce et digne à tous titres de la faveur que l'on veut accorder à une autre, n'appelle à son tour, quoique plus tardivement, l'attention bienveillante et décisive de l'administration. suivent les signatures: Boissel (maire), Rochon (adjoint), Gaudin, Mabon, J.Houix, Lebré, Lebel, Sabot, Bocquené, Lucas.