Accueil arrow Patrimoine arrow Historique de Peillac   
Peillac
Situation géographique Situation géographique
Bref historique Bref historique
La BD de Peillac La BD de Peillac
Plan de la Commune Plan de la Commune
Vie associative
Histoire et histoires
Evènements Evènements
Personnalités Personnalités
Patrimoine Patrimoine
Les services
Artisanat Artisanat
Bars - Restaurants Bars - Restaurants
Commerces Commerces
Santé Santé
Historique de Peillac Version imprimable Suggérer par mail
Index de l'article
Historique de Peillac
Page 2
Page 3

HISTORIQUE DE LA COMMUNE DE PEILLAC


En 848, à propos d'un droit prétendu sur les navires qui passaient à Balrit, au dessous du confluent de l'Oust et de l'Aff, Nominoë fit consulter les habitants des paroisses riveraines
 

et notamment ceux de Poliac : ce qui semble insinuer que Peillac s'étendait alors, vers l'est, jusqu'à ces deux rivières réunies et touchait à Bains.
En 860, un certain Judual donna à l'abbaye de Redon une terre, nommée alors Ran-Riocan, située dans la paroisse de Peillac, "in plebe que vocatur Poliac".

Vers 862, un certain Tréaton donna au même monastère, dans la susdite paroisse, plusieurs propriétés et spécialement le cours de l'Oust, depuis l'Ecluse de Muzin jusqu'au confluent de l'Arz : nouvelle preuve que Peillac s'étendait alors jusque là.


En 867, Ritcand, abbé de Redon, renouvela à plusieurs particuliers la ferme des terres qu'ils tenaient du B.Convoïon ; cet acte fut passé à Bron-Judvocon, en Peillac devant Rivelen, comte du pays, et devant beaucoup d'autres témoins.

Cette mention d'un comte de Peillac au IX ème siécle est fort intéressante ; malheureusement tout se borne là ; on ne connaît ni l'étendue du fief, ni la suite des seigneurs. Plus tard, ce domaine passa aux sires de Rieux, qui le conservèrent jusqu'à la Révolution et qui y possédèrent un siège de haute juridiction sous le nom de Rieux-à-Peillac. Une famille de Peillac, issue propbablement en juveigneurie des anciens comtes de l'endroit, et établie à Peillac en Guer, a produit Jean, chambellan du duc en 1451, Olivier, chanoine de Guérande et recteur de Saint-Avé en 1475, Jean, seigneur de la Pouèze en 1543 et Nicolas, seigneur de la Souchais, conseiller-maître à la chambre des comptes en 1728.

Les autre seigneuries de la paroisse étaient :
1-Bernavau, 2- Le Bignon, 3- La Brichelaie, au nord-ouest, 4- La Chauvaille, sur le bord de l'Oust, 5- La Coudraye, au nord-ouest, 6- Cranhac, au nord, 7- La Gras, à l'est-sud-est, 8- La Heugaie, aux du Maz, 9- La Jarie, à l'est, aux Limur, 10- Limur à l'est, 11- Panhalen, au sud, sur l'Arz, 12- Le Plessis, au sud-est, 13 - Le Verger, au sud-est, 14- La Villeneuve.


L'Eglise paroissiale de Peillac, dont le chœur a été refait en 1734, à la forme d'une croix latine. Elle était placée sous le vocable de saint Sabulin et saint Pierre.


Dans l'ancien cimetière,accolés à l'église se trouvaient deux lechs de 1 m 80, l'un placé au milieu, l'autre encastré dans le mur. On y voit aussi une croix de pierre à branches pattées.
cimetière fermé en 1872.

le cromlech - du Breton crom (rond ou courbe) et lech (pierre)
(voir photos)


 
< Précédent   Suivant >