Accueil arrow Le village arrow Histoire arrow Assaut de l'église - Les inventaires   
Peillac
Situation géographique Situation géographique
Bref historique Bref historique
La BD de Peillac La BD de Peillac
Plan de la Commune Plan de la Commune
Vie associative
Histoire et histoires
Evènements Evènements
Personnalités Personnalités
Patrimoine Patrimoine
Les services
Artisanat Artisanat
Bars - Restaurants Bars - Restaurants
Commerces Commerces
Santé Santé
Assaut de l'église - Les inventaires Version imprimable Suggérer par mail
évènements
Index de l'article
Assaut de l'église - Les inventaires
200 fantassins
les premiers coups
la sacristie

Assaut de l’église de Peillac par les forces de l’ordre, le mercredi 7 mars 1906, en application de la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat qui chargeait les autorités républicaines de l’inventaire des richesses des églises, raconté par l’abbé Louis Thétiot (recteur de la paroisse).

Le 28 Novembre 1905 a lieu au Grand Séminaire de Vannes la réunion générale du clergé diocésain, en forme de synode, dans le but de préparer les associations paroissiales ( fabriques ) destinées à conserver les oeuvres paroissiales et le culte. L'Eglise de France attend la parole du Souverain Pontife qui lui a promis publiquement de lui donner en temps et lieu les instructions nécessitées par une situation douloureuse.
 

 
 
Abbé Louis ThétiotL'abbé Thétiot et L .Jouvence (président des bureaux des marguilliers) sont avisés officiellement le jeudi 1 mars que l'inventaire prévu par l'article 3 de la loi de Séparation aura lieu à Peillac le 7 Mars.

Les Peillacois se barricadent dans l’église

Le mardi 6 mars, vers le soir une centaine de paroissiens arrivent à l'église avec le matériel nécessaire pour édifier des fortifications. Il s'agit surtout de bois de corde et de fil de fer barbelé. En quelques heures toutes les portes de l'église sont doublées à l'intérieur d'un rempart de bois de corde assemblé avec du barbelé. Un immense drapeau noir parsemé de larmes blanches flotte au clocher.


 
< Précédent