Accueil arrow Vie municipale arrow Inondations de la mi-Février 2014   
Mairie
Le mot du Maire Le mot du Maire
Equipe municipale Equipe municipale
Contact et horaires Contact et horaires
Bulletins municipaux Bulletins municipaux
Les courriers du Maire Les courriers du Maire
urbaplu
Infos pratiques
L'éducation L'éducation
La santé La santé
Les tarifs communaux Les tarifs communaux
Services à la personne Services à la personne
Marchés publics Marchés publics
Réservations de salles Réservations de salles
Liens
e-administration e-administration
Sites amis Sites amis
Inondations de la mi-Février 2014 Version imprimable Suggérer par mail
Index de l'article
Inondations de la mi-Février 2014
Page 2
Page 3

 

2/ Nécessité de créer une cellule de prévention et de crise sur le territoire

S' iI existe, dans l'urgence, des cellules de crise à l'échelon des Préfectures et, bien entendu, sur Redon, la commune principale- et souvent la plus affectée, avec Saint Nicolas et Rieux - par les crues, il s'avère urgent de mettre en place une cellule opérationnelle, non seulement de crise, mais aussi de prévention et d'alerte, au plus près du territoire. Celle ci pourrait être pilotée par exemple par la communauté de communes du Pays de Redon, qui a depuis 2012 la compétence plans d'eau et rivières, en lien avec les intercommunalités environnantes. Encore faut-il que cela soit compatible avec ses prérogatives et accepté par les instances concernées aux différents échelons territoriaux... même s'il semble que les nouvelles législations territoriales l' autoriseraient (loi de modernisation de l'action publique du 27 Janvier 2014, articles 56 à 59 relatifs à la compétence GEMAPI «GEstion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations», obligatoire pour les Intercommunalités à fiscalité propre au 1er Janvier 2016! Ce serait à elle notamment de penser et coordonner la mise en oeuvre des dispositifs de sécurisation de la circulation des hommes et des biens, de mettre en place des procédures et systèmes d'information, de proximité fonctionnels, auprès de la population pour faciliter ses déplacements au quotidien sur son bassin de vie et d'emploi. A l' heure de la communication tous azimuts, il est difficile de comprendre pourquoi on n 'arrive pas à savoir, à l'instant T tant sur place qu' à distance, quels sont les ponts fermés et les déviations pour contourner l'obstacle Signalons, à ce sujet, que le Département du Morbihan s'est montré réactif par son information sur les routes inondées par voie internet. 

 

lesfougerets.jpg

 


Au total, ces crues à répétition plaident pour l'unité administrative du pays de Redon. En ces périodes de réformes territoriales en France ne serait-il pas temps, après une cinquantaine d' années d'expérimentation et de propositions concrètes, diverses et variées, de revoir le découpage inique d'un bassin de vie et d'emplois cohérent de 80 000 habitants, d'une agglomération minérale de près de 30 000 habitants en 3 départements et 2 régions? Quel territoire, quelle agglomération en dehors de la nôtre, accepteraient, en France sans broncher, de rester dans cette situation d' un autre temps, dans cette situation abracadabrantesque de castration, vieille de 225 ans qui entrave et pénalise plus que jamais, ses habitants au quotidien! La communauté de communes du Pays de Redon par son étendue et ses compétences est un premier pas réussi vers l'émergence d' une ville nouvelle alternative, polycentrique, bleue et verte . Il faut aller plus loin pour l'inscrire dans un cadre administratif correspondant à son contexte géographique, historique, économique et humain exceptionnel!


J.B.Vighetti, le 11 Février 2014

 


 

 




 
Suivant >