Accueil arrow Vie municipale arrow Inondations de la mi-Février 2014   
Mairie
Le mot du Maire Le mot du Maire
Equipe municipale Equipe municipale
Contact et horaires Contact et horaires
Bulletins municipaux Bulletins municipaux
Les courriers du Maire Les courriers du Maire
urbaplu
Infos pratiques
L'éducation L'éducation
La santé La santé
Les tarifs communaux Les tarifs communaux
Services à la personne Services à la personne
Marchés publics Marchés publics
Réservations de salles Réservations de salles
Liens
e-administration e-administration
Sites amis Sites amis
Inondations de la mi-Février 2014 Version imprimable Suggérer par mail
Index de l'article
Inondations de la mi-Février 2014
Page 2
Page 3

 

En cas de grandes crues, l' eau tombée sur plus du ¼ de la Bretagne historique déboule, se déverse par toutes ces voies d'eau sur l'aire communautaire pour gagner l'estuaire de la Vilaine, ennoyant les plaines alluviales et les marais temporaires en étoile autour de Redon, qui se transforment soudain en petites mers intérieures, quasi infranchissables si les voies qui les traversent ne sont pas hors d'eau ! Celles qui sont sécurisées, sur les deux cours principaux, se comptent sur les doigts d'une main: une sur l' Oust, la ligne de de chemin de fer Rennes Quimper, quatre sur la Vilaine, les ponts de Port de Roche en Langon et de Beslé en Guéméné Penfao, le viaduc routier en amont de Redon et le pont de Cran en aval. Toutes les chaussées d'accès aux ponts routiers étant submersibles sur l' Oust, principal affluent de la Vilaine, c'est un véritable mur d' eau de 40 kilomètres de long qui se forme, lors des fortes inondations, entre les cantons d' Allaire et Rochefort en Terre et celui de La Gacilly aux nombreuses entreprises industrielles; entre les cantons d' Allaire et de Rochefort-en-Terre et ceux de Redon et Saint - Nicolas de Redon , riches en emplois diversifiés, industriels, commerciaux et de services. C' est donc toute la vie économique, sociale, administrative du « Grand Redon», cette ville polycentrique bleue et verte, à dominante industrielle, que constituent aujourd'hui l'aire communautaire et ses 70 000 habitants, qui se trouve affectée, entravée et, au delà, le pays de Redon dans son ensemble, soit plus de 100 000 habitants.

 

pontstmartin.jpg

 

 

Le remède pour s' affranchir des effets de ce barrage aquatique, de ce mur d'eau, qui pourrait devenir rapidement dans l'esprit de la population un «mur de la honte», consisterait, comme demandé depuis des lustre, à mettre hors d'eau au moins une des voies d'accès aux ponts par surélévation de chaussée sur l' Oust entre l' agglomération redonnaise et le canton d' Allaire et une autre entre les cantons de La Gacilly et ceux d' Allaire et Rochefort en Terre. Des études ont été réalisées, sur ce dernier secteur, par le Département du Morbihan et présentées aux élus dès 2004, après les très grandes crues, sans que cela ait bougé depuis. Il resterait à définir, si ce n'est déjà fait, les modalités d'accès à Redon , là où la vallée de l' Oust porte 2 lignes de 2 ponts, relevant pour les premiers, sur le canal, de l' Ille et Vilaine et, pour les seconds, sur le vieil Oust, du Morbihan, et bien entendu à Aucfer, avec le contournement de Redon Mais, il faut, le reconnaître, dans ce territoire d'eau et de marais, apprécié par ses habitants, les grandes crues sont, un peu comme les volcans en sommeil: on ne les prend en considération que quand elles se réveillent, quand elles se manifestent. Si l'eau est une richesse exceptionnelle pour le Grand Redon et son pays, il faut s' efforcer au plus vite et au mieux de lever, en anticipant, les aléas qu' elle peut engendrer parfois, généralement par les inconséquences des hommes: disparition du bocage, recalibrage des cours d'eau, imperméabilisation des sols...


 
Suivant >