Accueil arrow Vie municipale arrow Un nom pour les habitants d' Ille et Vilaine   
Mairie
Le mot du Maire Le mot du Maire
Equipe municipale Equipe municipale
Contact et horaires Contact et horaires
Bulletins municipaux Bulletins municipaux
Les courriers du Maire Les courriers du Maire
urbaplu
Infos pratiques
L'éducation L'éducation
La santé La santé
Les tarifs communaux Les tarifs communaux
Services à la personne Services à la personne
Marchés publics Marchés publics
Réservations de salles Réservations de salles
Liens
e-administration e-administration
Sites amis Sites amis
Un nom pour les habitants d' Ille et Vilaine Version imprimable Suggérer par mail

L'initiative prise par Ouest -France de trouver un nom pour les habitants d' Ille et Vilaine me surprend quelque peu. Au moment où la  réforme territoriale est, tous les jours quasiment, à la une de l'actualité, avec le renforcement de l' intercommunalité et la perspective à terme de la disparition des départements, que  diable notre quotidien préféré est-il aller faire dans cette galère?

logo_cg35.jpg        

35.jpg

                  OU    

Et, ce, d'autant plus   que depuis près de 60 ans les acteurs du renouveau de la Bretagne autour du CELIB ( Comité d 'Expansion et de Liaison des Intérêts Bretons)  n' ont eu de cesse que de prôner la suppression à terme des départements et des communes-issus de temps révolus-au profit de la région et des pays ( au sens de bassins de vie, des aires de solidarité ville-campagne), confortés, en général avec 20 ans de retard, par l' État à travers ses réformes   successives en matière de ré- organisation administrative de la France  (création  de la Région, de l' intercommunalité solidaire, des pays...).

Pourquoi vouloir, en outre, donner un nom aux habitants d' Ille et Vilaine, au moment même où les noms des départements  sont  systématiquement abandonnés par leurs habitants au profit de leurs numéros? En famille, dans les entreprises, les associations  ou l'administration,  on ne parle plus  désormais que du 35, du 44 et du 56 voire du 9-3, pour respectivement  l' Ille et Vilaine, la Loire Atlantique, le Morbihan ou la Seine Saint- Denis. Quel sens cela a-t- il donc que de vouloir affubler d'un nom les populations d' un territoire administratif dont elles n' évoquent  même plus le nom dans le langage courant? Et  le recours par celles ci à son numéro d'ordre pour le baptiser,  n'est-il pas l'expression de la désincarnation totale de cet espace trop grand pour être bassin de vie, trop petit pour peser  à l'échelon national et international..Juste retour des choses pour un niveau administratif bâti à partir d'une fumeuse «proposition géométrique» de découpage de la France  de Siéyes et Thouret le 19 Septembre 1789 (81 départements divisés en 9 districts, 9 cantons...).

Si on persiste dans l'initiative, pourquoi ne pas appeler  tout simplement les habitants   d'Ille et Vilaine les 35 ou les  3-5? Cette idée n'est  pas forcément ubuesque, si on considère qu' une entreprise de vêtements  des Pyrénées atlantiques (à savoir Béarn et  Pays basque réunis) a  réussi  l'exploit de faire adopter, sur le plan français et international, le numéro de ce département comme marque de qualité et d'originalité, et à le faire  porter et véhiculer par ses clients; transformant, de fait et  selon les points de vue, ces derniers en ambassadeurs ou en hommes sandwich volontaires du «64», numéro de département devenu soudain tendance et emblématique? Pourquoi, dans ce contexte, ne pas demander à vos collègues de Pau ou de Bayonne de vérifier si les habitants  des Pyrénées atlantiques seraient  disposés à être des «64» ou des «6-4»?

Peillac, le 09 janvier 2012
J.B.Vighetti, vice-président de la communauté de communes du Pays de Redon

PS: En sus, lire la chronique sur le 20ème anniversaire du changement de nom du 22.
 
< Précédent   Suivant >