Accueil arrow La Pomme d'Orange arrow Noël et les fêtes   
Calendrier
Manifestations Manifestations
Médiathèque
Présentation Présentation
Blog de la médiathèque Blog de la médiathèque
Galerie Galerie
Vie culturelle
Artistes locaux Artistes locaux
Bourse aux spectacles Bourse aux spectacles
La Fête des Fruits de l'Automne La Fête des Fruits de l'Automne
La Pomme d'Orange La Pomme d'Orange
La nuit des maîtres sonneurs La nuit des maîtres sonneurs
La ludothèque La ludothèque
blog de la loco blog de la loco
Les autres sports
Basket-ball Basket-ball
Cyclotourisme Cyclotourisme
Twirling Twirling
Les Yoles Les Yoles
Noël et les fêtes Version imprimable Suggérer par mail

Quelques rappels sur Noël et les fêtes.

La date de Noël a été arrêtée au 25 Décembre par le Pape Jules 1er (338 - 352). Auparavant elle oscillait entre Décembre et Janvier. Elle semble avoir recouvert la fête du "soleil invaincu' (solis invicti), célébrée par Aurélien, le Christ étant considéré comme ' Lumière du Monde" et "soleil de justice". Les trois messes célébrées la Nuit de Noël symbolisait, la première la génération
éternelle du fils, la seconde son incarnation, la troisième sa naissance dans le coeur des
hommes.
Auparavant, c'était à l'époque du solstice d'hiver, lorsque les nuits atteignaient leur plus longue
durée que les anciens fêtaient les mannes des morts. Les chants de nuit en plein air, tels ceux de la
Toussaint, de Noël ou de la nouvelle année (l'Aguilaneu), en conservent les traces.

 

C'est en la nuit du solstice, correspondant à celle de Noël, que les habitants de l'au-delà venaient de préférence reprendre possession de leurs anciens domaines.C'était aussi, la nuit de Noël que circulaient gnomes et lutins, que se découvraient les trésors cachés, que les portes du Purgatoire s'ouvraient pour laisser les ânons visiter leurs amis terrestres et leur demander secours de leurs prières, que les boeufs et les vaches obtenaient la parole et qu'à BAINS-SUR-OUST quatre évêques inconnus, sortaient des quatre coins de l'horizon, officiant solennellement et mystérieusement au sommet d'un tumulus.

 

La coutume de la crèche de Noël remonte à Saint François d'Assise, celle de l'arbre de Noël aux Mystères du Moyen-Age où le sapin figurait l'arbre du paradis, celle de la légende du Père Noël à la fin du 17ème, en Grande Bretagne.

 

Noël avait ses chanteurs ambulants en Bretagne qui se faisaient connaître en frappant avec un bâton aux portes et en disant "Noël à tous, bêtes et gens" ou "Chantons Noël pour une Pomme, une poire pour un p'tit coup de cidre à boire", ou encore par "Aguilaneu".(en Breton O ghel an heu “le blé lève”. ... On s’embrasse sous une boule de gui à l’Aguilaneu Neu Helle en présage de fécondité . ...)

 

Dans certains endroits de Bretagne, on allumait des feux sur les hauteurs et partout flambait la bûche. A PEIL,LAC, avant la guerre on ne connaissait ni arbre (le Noël, ni Père Noël, ni crèche (le Noël à domicile, ni galettes des rois. On mettait une bâche ainsi que les sabots dans la cheminée qui recevaient souvent une "pomme d'orange".

A QUESTEMBERT, en revanche, les jeunes conscrits se retrouvaient au 1er de l'an, dans les cafés, décorés de mimosa.