Accueil arrow La Pomme d'Orange arrow L'art de l'oralité   
Calendrier
Manifestations Manifestations
Médiathèque
Présentation Présentation
Blog de la médiathèque Blog de la médiathèque
Galerie Galerie
Vie culturelle
Artistes locaux Artistes locaux
Bourse aux spectacles Bourse aux spectacles
La Fête des Fruits de l'Automne La Fête des Fruits de l'Automne
La Pomme d'Orange La Pomme d'Orange
La nuit des maîtres sonneurs La nuit des maîtres sonneurs
La ludothèque La ludothèque
blog de la loco blog de la loco
Les autres sports
Basket-ball Basket-ball
Cyclotourisme Cyclotourisme
Twirling Twirling
Les Yoles Les Yoles
L'art de l'oralité Version imprimable Suggérer par mail

Le contexte

Lancé en 1991, ce cycle de contes s'inscrit dans la dynamique du renouveau du Conte de Bretagne, suscité dès 1975 par le groupement culturel breton des Pays de Vilaine (concours de contes, soirées Bretagne-Québec,....) et conforté à partir de 1980 par les programmations du Festival des Tombées de la Nuit de RENNES ( 1ère semaine de juillet ).

Par ces initiatives, le conte, chassé du coin de la cheminée par la télévision, a pu retrouver un public dans des lieux festifs (taverne aux marrons à REDON), dans des salles, dans la rue ou sur les places (Tombées de la Nuit ). Par ces initiatives, aussi, l'art de conter traditionnel a pu être préservé, au moment même où il allait disparaître. Des techniques expérimentées par des générations de conteurs ont pu ainsi être transmises, permettant au conte de conserver une partie de sa chair : le pouvoir de la parole, la force de l'expression, en un mot le rapport du conteur à un public ; tout ce qui fait la différence entre le conte dit et le conte écrit.

Le Conte ou l'Art de la Parole

Le propos de ces veillées, organisées au coin d'une des cheminées du Grand Logis, splendide maison en granit du 17 ème, nouvellement aménagée en Médiathèque, est de replacer le conteur d'aujourd'hui dans le cadre traditionnel du conte, de le confronter donc à un public proche, limité (50 à 60 personnes), qu'il doit séduire sans artifices. Exercice éprouvant et séduisant à la fois, pour le conteur : occasion exceptionnelle pour le public d'une relation directe, privilégiée avec l'artiste.