Accueil arrow La Pomme d'Orange arrow Temps libéré   
Calendrier
Manifestations Manifestations
Médiathèque
Présentation Présentation
Blog de la médiathèque Blog de la médiathèque
Galerie Galerie
Vie culturelle
Artistes locaux Artistes locaux
Bourse aux spectacles Bourse aux spectacles
La Fête des Fruits de l'Automne La Fête des Fruits de l'Automne
La Pomme d'Orange La Pomme d'Orange
La nuit des maîtres sonneurs La nuit des maîtres sonneurs
La ludothèque La ludothèque
blog de la loco blog de la loco
Les autres sports
Basket-ball Basket-ball
Cyclotourisme Cyclotourisme
Twirling Twirling
Les Yoles Les Yoles
Temps libéré Version imprimable Suggérer par mail

Bourg d'origine gallo-romaine, né au carrefour de deux grandes voies naturelles (les Landes de Lanvaux d'Ouest en Est, la route des premiers ponts sur l'Oust, l'Arz et la Vilaine du Nord au sud), PEILLAC a toujours eu, à coté de sa vocation agricole, une fonction de centralité liée au commerce, à l'artisanat et aux services.

Peillac conserve de sa longue histoire un patrimoine relativement ancien, composé de batiment à étages, généralement en granit. La place de l'église, entourée de belles demeures du 17ème au 19ème siècle, en constitue l'attrait principal. Le sanctuaire, bâti sur un petit promontoire, avec son chapitret 17ème, son clocher du début du 19 ème en bel appareillage, son calvaire de pierre naîf précédé d'une stèle celtique, ne manquent pas d'allure.

 

Parallèlement, un travail de réhabilitation et de revalorisation des immeubles voisins a été engagé par les particuliers, stimulée par la restauration de la maison de sénéchal transformé en médiathèque et par les aides du Conseil Régional (Communes du patrimoine rural de Bretagne) liées à la Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager, institué en juin 1999 (ZPPAUP)

 

Bien que situé dans la 2ème couronne du pays de Redon, pays à dominante rurale, Peillac a une population active relevant du régime général et travaillant pour l'essentiel à l'extérieur. Conscient de cette situation, la municipalité a décidé d'organiser sa politique autour du temps libéré.

Pour recréer une dynamique communautaire, il faut solliciter la population quand elle est sur la commune, à savoir le soir et le week-end, et répondre à ses besoins du moment par une ouverture adaptée des commerces, des services et des activités de loisirs. D'où la création d'une médiathèque avec site cybercommune dans la maison du Sénéchal, qui devient un nouveau lieu de rencontre inter-génération, d'où un soutien fort au secteur associatif organisé au sein de Comité d'Animation Peillacois, d'où la priorité en faveur des écoles et de la jeunesse qui doit trouver un intérêt et des repères dans son environnement immédiat : bandes- dessinée historique, circuit et golfe d'interprétation et de découverte de la vallée de l'Oust, garderie péri-scolaire, l'heure du conte ......

 

C'est dans ce cadre qu"a été lancé le concept des fêtes calendaires, ces manifestations qui ont pour but de rythmer l'année et de redonner aux jeunes générations le cycle des saisons, plus ou moins disparu avec la réduction des exploitations agricoles.

 

Ce fut le lancement du réaménagement du Bourg, où est instituée désormais une Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager (Z..P.P.A.U.P.).

 

Mais pour les fêtes, ce sont la lumière et les décorations qui donnent une nouvelle parure à la cité.

 

1) Les illuminations des monuments

Lancé de façon provisoire, en été 1990, avec le concours d'un spécialiste rennais, l'éclairage permanent des principaux édifices peillacois se met en place progressivement : à Noël 1992, Monsieur PIERRE, éclairagiste lorientais réputé, illumine, avec le concours du personnel municipal, le calvaire principal et la maison du Sénéchal.

 

2)L'animation des vitrines, des maisons, des rues et des jardins

Déjà existante les années précédentes, cette décoration, de couleur rouge et argent, est coordonnée entre les commerçants. Elle s'efforce de s'inspirer chaque année du thème de l'orange. Petit à petit, les habitants de Peillac éclairent aussi leurs fenêtres et leurs façades, la lumière aidant au merveilleux.